Les Anciens du Stade de Reims

http://anciensdusdr.free.fr

Entretien avec Patrice Buisset

Par vincent • 8 juil, 2011 • Catégorie: La saison 2011

th-0033

Tout d’abord, Patrice, je te remercie en mon nom et en celui des lecteurs du forum du Stade de Reims et du site des Anciens d’avoir bien voulu accepter cet entretien. Il a été réalisé lors de la magnifique journée champêtre à Berry au Bac en présence de Monsieur René Masclaux
 
J-F : Lorsque tu arrives en 1976 au SDR (D1), tu es âgé de 18 ans. Tu viens du club de l’US Maubeuge (ville où tu es né) qui évoluait en Promotion d’ Honneur. Vu la richesse de l’effectif : Bianchi, Betta, Santamaria, Ravier, Laraignée, Masclaux, Durand, Ducuing, Laudu, Dubouil, Bonnec, Aubour, Martinot, Rampillon Patrick, Fuchs Guy, Giannetta Gérardo, Polaniok, Maufroy, Schaller Francis. Comment s’est passée ton intégration au sein de notre club  ?
 
PATRICE : J’arrive à Reims grâce à Mr Jean-Marc Varnier, le coach de Maubeuge, né à Reims, et ancien joueur de Mr Pierre Flamion (le coach des pros rémois) à Chaumont. Le titulaire au poste d’arriére gauche, Etienne Martinot, est opéré trois fois au genou ce qui oblige le coach pro, Mr Pierre Flamion, à chercher au sein du centre de formation dirigé par Mr Léon Demenez. J’étais stagiaire. Je rentre dans le groupe pro et l’on part en tournée en Haïti. Mon intégration s’est trés bien passée. J’ai joué mon premier match  pro le 07 janvier 1977 à Rennes et j’avais comme premier adversaire direct Gérard Tonnel. Je ne suis plus sorti de l’équipe.

J-F : Parmi tous ces joueurs, lesquels t’ont le plus impressionné et le plus apporté ?

PATRICE : Nous les jeunes, Gérard Giannetta, Alain Polaniok, Guy Mauffroy … nous n’étions pas pertubés parce nous étions bien prépares et entourés. A Maubeuge, je jouais devant 400 personnes en PH et à Delaune, en L1, c’était devant 20.000 spectateurs puis à Bastia (c’était superbe d’aller jouer à Furiani), Marseille, Saint-Etienne, Nantes mais çà ne m’a jamais impressionné grâce à notre Coach et à nos anciens. René Masclaux a été une personne trés importante dans mon équilibre de jeune joueur. A chaque match il m’expliquait comment jouer mon adversaire direct. Il les connaissait tous. Et, nous, les jeunes, avions le respect des anciens. On écoutait leurs conseils. C’étaient les tauliers du vestiaire. Ils avaient de l’expérience.

René MASCLAUX : On n’était pas des tortionnaires quand même !

J-F :  Peux-tu nous livrer quelques anecdotes au sujet de René ? Les conseils qu’il te donnait ?

PATRICE : Je n’ai pas spécialement d’anecdote à raconter à part ce que j’ai répondu à la question précédente. C’était une aventure fabuleuse. On jouait le mercredi et le samedi. On a terminé 12ème du championnat de L1 et on s’est retrouvé en finale de la Coupe de France. On n’avait plus le temps de rien. On ne s’entraînait plus. Juste vingt minutes de course, des jeux de conservation de balle et beaucoup d’étirements. Tout cela se passait aux Thiolettes et c’était tout. Ce lieu de vie était magnifiquement géré par Michel et Françoise Bojko. C’était comme une colonie de vacances. On était tellement bien ensemble. On n’avait même plus besoin de se parler tellement il y avait une unité de pensée, une confiance mutuelle dans ce groupe. J’étais heureux d’être avec eux.

J-F :  Tu restes au Stade jusqu’en 1981 puis tu poursuis ta carrière à Fontainebleau (avec Francis Schaller, Loic Memeteau), puis à Roubaix (avec Gérard Giannetta), Dunkerque (coach Francis Smerecki). En 1989, tu commences ta carrière d’entraîneur qui va te faire voyager : Soissons, Epernay, Guingamp en tant que responsable du centre de formation (coach pro Francis Smerecki), Gazelec Ajaccio, Chine (adjoint de Jean Serafin), Qatar, Tunisie, Stade de Reims (formation), Algérie, Bénin (adjoint de Michel Dussuyer), Togo (adjoint de Jean Thissen et dans les buts Kossi Agassa), Sainte- Anne de Reims. Peux-tu nous livrer quelques bons ou mauvais souvenirs ?

PATRICE : Je n’ai aucun mauvais souvenir  ni aucun regret. J’ai appris, écouté, pris des coups mais j’aime ce métier. J’aime rencontrer des gens, découvrir d’autres pays, d’autres  cultures. J’aime connaître l ‘histoire du pays hôte et apprendre quelques mots et phrases pour communiquer et garder un réseau avec ces personnes rencontrées aux quatre coins du monde. Cela fait 35 ans que j’en vis. Même si c’est trés difficile en ce moment. Quand tu vas entraîner des Chinois, des Tunisiens ou des Togolais, le ballon est le même et on vit la même passion : le football !

J-F :  En 2005-2007 tu t’occupes de la réserve du Stade de Reims (CFA2) avec Eric Duffour et tu es le coordinateur technique du Stade avec comme mission la création du Centre de Formation. Peux-tu nous en dire un peu plus ? Et pourquoi ta mission s’est arrêtée en 2007 ? 

PATRICE : C’est parce que j’étais en fin de contrat (???). Je ne peux pas cacher mon amertume après le travail accompli. Je ne peux pas être content de ne pas avoir continué cette expérience avec le centre de formation. Quand je reprends la CFA2, on est trés en retard au classement et j’ai assuré le maintien. La CFA2, c’est un palier pour les jeunes joueurs, mais ce n’est que la 5ème division. Si la réserve d’un club pro n’est pas capable de se maintenir à ce niveau il faut s’ interroger … A vingt ans, il faut  s’investir, avoir une hygiène de vie, faire des sacrifices, se montrer et avoir l’ambition de jouer en L1 ou en L2. Si on ne respecte pas ces principes cela devient compliqué pour le jeune joueur … Le rêve s’arrête… Il faut aussi avoir un peu de chance pour être appelé par le coach des pros et surtout avoir de bonnes infrastructures d’entraînement.
 
J-F :  Quels sont tes projets pour la saison à venir ? (un retour à Maubeuge ? le Stade de Reims ?).
 
PATRICE : Je suis dans la réflexion. Reims est ma ville d’adoption. J’aime cette ville mais rentrer à Maubeuge ou repartir pour l’étranger font partis de cette réflexion. Au fond de moi  c’est une énorme déception que le club ne m’ai pas gardé. Je ne comprends pas cette situation. Je ne rentrerai pas dans la polémique car d’autres anciens joueurs sont désormais entraineurs et diplomés ( BE1,DEF,FORMATEUR et DEPF) et ne sont pas dans le club. Quand on voit le staff jeunes de Bordeaux, Lens, Rennes, Lyon, Sochaux etc.. c’est une réflexion que je me pose mais ce n’est pas mon genre ni ma mentalité de chercher la discorde. Quand on donne le maximum dans son travail en respectant la hiérarchie on est en droit à un peu de respect ce qui n’a pas été le cas .
 
J-F :  En 2011 le SDR fête son 80ème anniversaire. Actuellement, aucune célébration n’est prévue. Que vont faire les Anciens si la direction du Stade n’organise rien ?
 
PATRICE : Si on nous demande d’aider pour organiser cet anniversaire nous aiderons. L’ association des Anciens n’a pas les moyens pour célébrer un tel évènement. En juin 2012, nous organiserons les jubilés de René Masclaux et de Robert Rico au stade Auguste Delaune. Si toutefois nous n’avons pas l’autorisation ni les moyens financiers, nous ne le ferons pas. Ces joueurs méritent de d’évoluer sur cette pelouse mythique où ils ont brillé. Nous essaierons avec l’aide de sponsors de pérésiner cette tradition des jubilés pour remercier ceux qui ont servi le Stade de Reims. Il y aura d’autres manifestations en 2012. Peut-être que ce sera un voyage en Corse, avec un match à Ajaccio. Nous sommes aussi ouverts à toutes manifestations en mai, juin et septembre 2012. Nous reconduirons notre journée champêtre. Celle qui vient de clore cette saison 2011 a connu un énorme succés le 26 juin à Berry au Bac. Pas moins de 102 personnes étaient présentes. Merci à Mr Moroni et à toutes les personnes du bureau des ADSR, aux sponsors, aux sympathisants qui nous ont permis de rassembler dans la joie :  nos adhérents, leurs familles et leurs amis.
 
J-F : Comment vois-tu l’avenir du Stade de Reims ?
 
PATRICE : Je leur souhaite un trés bon parcours en 2011/2012, avec des matches comme contre Nice, Boulogne et d’autres où ils nous ont donné beaucoup de bonheur à les regarder s’exprimer avec envies et ambitions. Au nom des Anciens du Stade de Reims, je souhaite à Hubert Fournier et à son staff une trés bonne saison. Je souhaite au staff des jeunes qu’ils disposent d’un centre de formation moderne et fonctionnel  …
 
D’Jazz : Patrice, raconte moi ce qui s’est passé juste avant la demi-finale à Nice pendant votre échauffement ? Et qu’elle a été votre réaction ?
 
PATRICE: celle-là, je l’ai racontée 2000 fois. Le speaker a annoncé au micro du Stade du Ray :  » Vous avez 3 possibilités pour aller à Paris pour la finale : l’avion, le bus ou le train  » … çà ne nous a pas plu ! et on les a battus 2-1 chez eux ! Le coach nous a remonté à bloc car il y avait du lourd à Nice : Katalinski, Baratelli, Jouve, Guillou, Toko, Bjékovic, Sanchez, Zambelli, Ascéry, Huck etc … Mon but à Baratelli je l’ai dédié à ma famille et à mes copains de promo qui avaient participé en lever de rideau à la finale de la coupe Gambardella contre le Nimes Olympique (Vercruysse, Jaffrés, Velud, Prince, Bertolino, Mathou, Beau, Leclair et mon pote Jean Jacques Gosset était venu de Maubeuge avec moi etc …). Le coach de l’équipe était Mr Michel Leblond. Un « grand Ancien » de la maison stadiste. Mon but face à Nice est anecdotique. Le plus important était de continuer l’aventure. Guy Maufroy, un jeune de 19 ans a marqué lors du match retour à Delaune. Victoire 1-0. Le club faisait confiance à ses jeunes. Ils étaient encadrés par Mrs Desmenez, Prodoscimi et  Sarre. Beaucoup de jeunes ont fait une belle carriére professionnelle et amateur. Certains jouent encore aujourd’hui avec les Anciens du Stade de Reims.  Aprés cela je n’ai plus rien à dire  SAUF l ‘amour que nous portons tous au Stade de Reims et à cette belle ville !
 
merci à tous et portez vous bien
Patrice Buisset
Un Ancien du club
Président des Anciens du Stade de Reims

vincent est le webmaster de http://anciensdusdr.free.fr
Email à cet auteur | Tous les Articles par vincent

Commentaires Clos.