Les Anciens du Stade de Reims

http://anciensdusdr.free.fr

Marcel Aubour à Delaune

Par vincent • 9 fév, 2015 • Catégorie: La saison 2015

colonna

Ce samedi 07 février 2015 Marcel Aubour, 74 ans, a donné le coup d’envoi fictif de la rencontre Reims-Lorient.

Portrait …

Alain, fervent supporter des Rouge & Blanc vous retrace le portrait de Cécel …

Les années ont passé, bien sûr, mais le souvenir du truculent et talentueux Marcel Aubour est resté bien présent dans la mémoire de tous les anciens supporters de Delaune qui l’ont vu, 5 années durant, de 1972 à 1977, défendre brillamment les couleurs du Stade de Reims.

Quelle belle et chaleureuse idée de l’avoir invité pour donner le coup d’envoi de ce Reims-Lorient, samedi 7 Février 2015. Nostalgie, quand tu nous tiens !…

Un petit voyage dans le passé s’impose pour retracer la carrière bien remplie de ce Varois bon teint, à la faconde méridionale inimitable et d’une grande simplicité qui n’avait d’égale que sa gentillesse. Né à Saint-Tropez, le 17 juin 1940, il a fait sa valise, encore bien jeune, en 1957, en direction de Lyon pour devenir….. cuisinier ! Oui vous avez bien lu, cui-si-nier ! Pure vocation familiale, sans doute, puisque ses parents, Marcel et Augustine, ont dirigé longtemps, à Saint-Tropez, un établissement très renommé, l’Hôtel de Paris que des célébrités parisiennes du Saint-Germain-des-Prés des années 50/60 fréquentaient fidèlement (Françoise Sagan, Boris Vian, Juliette Gréco et Jacques Prévert, pour ne citer qu’eux).

Mais la vocation du jeune Marcel Aubour tourna court, si bien que ce n’est pas derrière les fourneaux que notre tropézien allait excercer ses talents mais bien sur les terrains de football, à une place, gardien de but, où la responsabilité du titulaire de ce poste délicat, est considérable ! Il a été, pendant de nombreuses années, un des meilleurs gardiens français, avec Georges Carnus en particulier, grâce à sa détente, ses réflexes étonnants, son coup d’œil et un culot phénoménal ; et quelle carrière, tant en club qu’en Equipe de France. Petite rétrospective de son beau parcours professionnel :

- Ses clubs en Division 1 : Lyon (60/61 à 65/66, 153 matches), Nice (66/67 à 68/69, 96 matches), Rennes (70 à 72, 86 matches) et enfin le Stade de Reims (72/73 à 76/77, 147 matches), soit un total remarquable de 482 rencontres (10ème au classement des gardiens dans ce palmarès, dont le recordman est Michaël Landreau avec 618 matches en Division 1).
- Son premier match : le 20/08/1960 avec Lyon contre…… Reims à Delaune (Reims bat Lyon 2-0, 2 buts de Jean Vincent).
- Son dernier match : Nancy-Reims, le 7/09/76 pour la 5ème journée du championnat (Nancy 4 Reims 2). De la 6ème à la 38ème journée c’est Christian Laudu qui gardera les buts rémois.
- Sa carrière en Equipe de France : 20 sélections, du 4/10/1964 (France bat Luxembourg 2-0) au 24/4/1968 à Belgrade, douloureux souvenir avec un cinglant échec 5 à 1 face aux Yougoslaves ! Comme ultime sortie internationale le sympathique Marcel pouvait espérer mieux….. Dans la hiérarchie des gardiens tricolores, au nombre de capes, il occupe le 13ème rang, loin du phénomène Fabien Barthez avec ses 87 sélections. On peut préciser qu’il porta le maillot frappé du Coq 14 fois alors qu’il jouait à Lyon et à 6 reprises, sous les couleurs niçoises.
Il participa aussi à la Coupe du Monde 1966, en Angleterre, où notre Onze national ne fut pas des plus brillants (3 rencontres jouées contre le Mexique, l’Uruguay et le futur vainqueur, l’Angleterre et une élimination peu glorieuse à l’issue de cette phase de poules, 2 défaites et un nul).

Palmarès : vainqueur de la Coupe de France avec Lyon (1964) et Rennes (1971), battu en finale avec Lyon (par Monaco) en 1963. Vainqueur du Challenge des Champions avec le Stade Rennais en 1971. En Coupe des Vainqueurs de Coupe, ½ finaliste avec Lyon en 1964, éliminé par le Sporting de Lisbonne, à l’issue de 3 rencontres épiques !

Si l’on devait retenir des faits marquants dans cette carrière , je choisirais deux dates qui seraient en quelque sorte le symbole du talent et de l’humour de l’inimitable Marcel Aubour.
L’humour, tout d’abord : le 20 juin 1971, le vieux Stade de Colombes accueille sa dernière finale de la Coupe de France. A la 58ème minute du match (Rennes-Lyon) l’arbitre M. Vigliani refuse un but au Rennais André Betta pour un hors-jeu très contesté de Robert Rico. Cette décision entraîne plusieurs minutes d’interruption du match…… et la colère des supporters bretons qui jettent des artichauts sur le terrain ! Notre Marcel Aubour ne se démonte pas et improvise une séance de tirs, comme à la pétanque, avec ces boules inhabituelles ! Il pousse même la plaisanterie jusqu’à viser la barre transversale de son propre but ! (photo ci-jointe attestant de l’authenticité de cette facétie inattendue).
Il recevra quelques jours plus tard, chez lui, 2 caisses d’artichauts, d’un producteur du village d’Henvic, dans le Finistère !
Le talent, ensuite avec cette extraordinaire demi-finale retour de Coupe de France, Rennes-OM, le 1er juin 1971 à Rennes. Les deux formations en viennent à la fameuse séance de tirs au but, pour se départager et là, le plus fort, c’est Marcel, qui détourne magnifiquement les tentatives de Josip Skoblar, Edouard Kula et Jean-Louis Hodoul ! Roger Magnusson réussit à tromper le gardien « breton » mais c’est Rennes et Aubour qui vont en finale (3 tirs à 1).
Il y a quelques années, interrogé par Ouest-France, Marcel Aubour confia qu’il vivait une agréable retraite, chez lui à Saint-Tropez, dont le quotidien était rythmé par la pêche le matin, la pétanque l’après-midi et la belote le soir ! L’histoire ne dit pas si, entre la partie de boules et la sacro-sainte belote, le jovial tropézien ne s’accordait pas, discrètement, une petite sieste réparatrice à l’ombre des majestueux platanes de la place des Lices !….

Quelques photos

aubour1
Et si on  se faisait une petite pétanque en attendant que le match reprenne !

aubour2
Marcel Aubour tout sourire après la victoire de Rennes en Coupe de France (1971)

aubour3
Ce jeune gardien est entre de bonnes mains : peut-être un futur Marcel Aubour !

aubour4
En 2010
La 8ème édition du tournoi dédié à Marcel Aubour, ancien gardien de l’équipe de France, a rassemblé 32 équipes de débutants, dont plusieurs sont issues de clubs professionnels. En lice, de grands noms comme Lyon, le Paris-Saint-Germain, Marseille, Monaco, Nice, Montpellier, Grenoble et même des Anglais portant les couleurs du club de Blackburn

aubour5
le stade de football de la ville de St Tropez porte le nom de l’ancien gardien du Stade de Reims

vincent est le webmaster de http://anciensdusdr.free.fr
Email à cet auteur | Tous les Articles par vincent

Laisser un Commentaire